Rouflaquett(e)

samedi 31 décembre 2011

Flipper le réveil

Dans la case "vieilleries qui trainent sur rouflaquett(e) simplement parce que Monkey est atteint d'une pathologie étrange"
vous pourrez cocher : le vieux réveil au système bizarre et technologiquement révolu.

Car l'objet que je vous présente aujourd'hui messieurs-dames est une flip-clock.
C'est à dire un réveil à affichage digital, mais à fonctionnement analogique.
Ou pour être plus précis :
un machin où les chiffres, inscrits sur des petites plaques, défilent au fur et à mesure de l'écoulement du temps.
N'est ce pas fabuleux ? Non mais je vous le demande ?

En tout cas, ce fut assez pour me donner envie de sauver cette horloge de la poubelle (elle faisait partie d'un ensemble radio-réveil au design affreux, bien vite dépecé pour ne garder que l'horloge).
Elle fonctionne parfaitement, son moteur ronronne doucement et on peut le voir tourner.
Bon, certes elle se branche directement sur le 220V (pas de trace de transfo) et chauffe pas mal.
Mais qui ne risquerait pas une électrocution pour un si bel objet ?


Je sais, je sais : c'est sûrement un détail pour vous, mais le type qui a inventé ça devait avoir une imagination à l'épreuve du feu, des balles, de l'acide, et couplée d'une paire de couilles en kevlar.

Libellés :

3 commentaires:

Blogger Riggs et Murtaugh a dit...

Hihihi! Ça me fait penser à Un jour sans fin...

...ah, quelle classe ce Bill Murray!

1 janvier 2012 à 02:01  
Anonymous Zo a dit...

Des couilles en kevlar, purée, le rêve...

1 janvier 2012 à 02:16  
Blogger Monkey a dit...

Ha il faut ce qui faut.
D'ailleurs celles de Tesla lançaient des éclairs à ce qu'il parait.

1 janvier 2012 à 02:26  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil