Rouflaquett(e)

jeudi 23 septembre 2010

croyez pas que je vous abandonne

Bonjour,
surtout ne croyez pas que je vous abandonne.
J'ai été pris tout le mois de septembre. D'abord par une glande que j'ai mené à bien dans mon appartement parisien. Ce fut délicieux. Je n'ai été capable de ne rien faire dès la deuxième semaine. J'en ai profité pour construire, d'après les plans du professeur Monkey, une nouvelle presse à cric, avec un cric hydraulique. Je n'ai pas pu la tester encore, parce qu'il me faut trouver des outils de gravure. Et ceux que j'ai rencontré ne me plaisent pas. Je continue à chercher en dilettante. La presse est un peu bancale, donc il faut lui construire soit un fond, soit un X qui tiendra les deux côtés. On verra plus tard.

Ensuite, j'ai commencé un élevage de vers dans le but de produire de l'engrais naturel que je compte vendre très cher aux bobos parisiens qui fréquentent la Belleviloise et se vantent sous leur moustache de monter en danseuse sur leur vélo à pignon fixe la côte de Ménilmontant.
Et paf, c'est une cible toujours facile.
En revanche, j'offrirai de l'engrais aux copains.

Après, je lis un très chouette bouquin de Jacques Livchine. Ce sont ces Griffoneries du temps où il était directeur du Centre d'Art et de Plaisanterie de Montbéliard. Ces griffonneries sont des notes qu'il rédige sans contraintes pour lui-même. C'est un homme qui doute de lui, du théâtre, de l'art, de l'institution. C'est un peu similaire aux explications de Raphaël Metz dans le dernier Le Tigre, mais avec la notion de temps et d'instantanéité en plus, parce que c'est sa vie qui se déroule à mesure qu'on dévore le livre. Ce qu'il n'y a pas dans le dernier Tigre; Raphaël de Metz expose. C'est très enrichissant.

Bref.
Babel, c'est fini. Voilà le dernier Versus.


Nous passons à autre chose. Un site qui révolutionnera la critique de cinéma. Pour le moment le principe est de créer 8 planètes caractérisées par 8 tons différents eux-mêmes caractérisés par des contraintes spécifiques. Chaque rédacteur doit se plier aux contraintes de rédaction pour investir et faire croître les planètes. L'objectif est de créer un empire galactique. En fait une base de donnée de critique de cinéma. Toutes formes de critique sont envisagées du moment quelles correspondent au ton. Avis aux amateurs.

Et puis, heureusement, des dessins.





Et enfin les derniers dessins de mon carnet sublimement intitulé J'vais te faire remonter dans les couilles à ton père, scannés il y a déjà longtemps, mais comme je n'ai vraiment rien foutu d'autre que de jouir de mon temps et de tourner en rond autour d'anciennes et nouvelles casseroles que je traîne (expression que j'emprunte à notre ami Albert; j'espère que je ne me ferai pas traiter de copieur) depuis une ficelle solidement accrochée aux fesses de mon pantalon de velours côtelé.








Voilà je file terminer le crayonné que j'ai promis à Riggs et Murtaugh pour la fin du mois.

À bientôt.

Ps : Je crois que c'est bien la première fois que j'écris une note aussi construite et longue. Je crois aussi que c'est la dernière fois que je raconterai ma vie autant. Je ne sais pas ce qui m'a pris. On dirait que c'est de l'auto-fiction avec des images à l'appui. Une forme de narration graphique.

Libellés :

1 commentaires:

Anonymous Paulette a dit...

C'est beau.
J'ai hâte de voir l'objet livre de "J'vais te faire remonter dans les couilles à ton père".
Continuez à produire, y'a que ça de vrai!

27 septembre 2010 à 22:27  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil